L’homme en éclats

Le caractère est, selon la première édition du Dictionnaire de l’Académie (1694): “ce qui distingue une personne des autres à l’égard des moeurs et ou de l’esprit”. La dimension anthropologique du mot apparaît déjà présente dans cette définition. Lorsqu’on considère la préface de notre texte, on s’aperçoit que l’écriture moraliste est intimement liée à l’étude de ce caractère entendue d’abord comme un trait moral particulier : ils sont l’objet d’étude de la part d’une famille d’auteurs bien particuliers, ceux qui “se renferment seulement dans cette science qui décrit les moeurs, qui examine les hommes, et qui développe leur caractère” (p. 59). Si la question anthropologique sous-tend bien évidemment les Caractères, la conception de l’homme qui s’y fait jour ne saurait toutefois se laisser saisir simplement. Conçu pour valider et célébrer une certaine conception aristotélicienne et fixiste de l’être humain, l’ouvrage de La Bruyère a pu être lu, au cours des dernières décennies, comme le lieu de son effritement ou de sa ruine.